•  

     L’Amour avec un grand A tel qu’il est normalement perçu dans le domaine de la tri dimension terrestre ne représente qu’un des aspects de l’Amour, sans doute le moins intéressant, bien qu’il soit perçu comme le sentiment le plus agréable qu’il soit donné de ressentir pour chacun d’entre nous quand il accepte de nous toucher...

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • L’EAU

     

     

    Quelle est l’implication de l’eau dans le corps humain et par extension dans la nature ?

    Dans le cadre de cet exposé il n’est bien sûr pas question ni possible d’établir un compte rendu exhaustif des propriétés de l’eau. Je me contenterai donc d’amener quelques éléments de réflexion sur ce liquide extraordinaire, autant dans sa composition que dans ses applications.

    Ce blog étant consacré à la poésie et la spiritualité c’est principalement sur ce dernier point que cette réflexion traitera.

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • LA CULPABILITÉ

    La plupart des gens confondent la culpabilité avec la reconnaissance de l’erreur qu’ils ont commise ou cru commettre. Il semblerait qu’avec cet acte de contrition apparaisse la notion de repentir et ensuite celle de culpabilité. Se sentir coupable d’un acte, contrairement à ce qu’on pense ne fait en aucun cas évoluer, bien au contraire. Reconnaître que l’acte que l’on a commis ne correspondait pas à l’objectif qu’on aurait pu souhaiter est par contre une chance d’évolution.

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • LA TRANSITION 

     

    En langage ésotérique, c’est à dire langage compris seulement par les initiés, la transition remplace le mot mort, utilisé dans le langage courant pour désigner l’extinction des fonctions physiques d’une personne et le début de la désagrégation du corps physique. 

    Pourquoi emploie-t-on le mot transition dans ce langage ? 

    Une transition selon le dictionnaire est le passage d’un état d’une chose à une autre.

     

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • LA SEXUALITÉ

     



    Contrairement aux animaux dont la période des chaleurs temporaire est exclusivement concernée par la reproduction, sans autres besoins d’accouplement en dehors de ces périodes, l’être humain bénéficie de plaisir physique permanent dans l’acte sexuel.

    Cette opportunité signifie-t-elle que l’homme se doit de générer un nombre d’enfants ahurissants ? Bien évidemment non.

     

    Lire la suite...


    votre commentaire