• TEMPS



    Passe le temps,
    Véhicule impassible d’une condition terrestre
    Illusion d’une durée programmée dans nos gènes
    Afin de mesurer l’élan vers l’infini
    Objectif inconnu, balisage d’une vie.
    Dans cet aspect d’un mystérieux temps imparti
    S’agitent comme des pantins du théâtre de l’ombre
    Des âmes aveugles et sourdes s’agrippant aux désirs
    Comme si les satisfaire empêchait de souffrir
    Et pourtant, si près de soi, dans le non-temps
    Cet espace d’éternité inscrit dans nos mémoires
    Se cache le secret du bonheur éternel.
    Tout concoure pour que le manège affolé
    Arrête de tourner.
    Tout est là pour qu’enfin la roue du temps s’immobilise
    L’expérience peut finir, son terme est apparu
    Les frôlements à la porte de l’âme
    Sont devenus pareil à des coups de bélier
    Tellement forts qu’on ne peut plus désormais ignorer
    Que ce temps, ce temps qui décompte les gouttes de nos peines
    N’existe pas…

     

     

     


    votre commentaire