• Le don de Raoul - Résumé

    Le livre (le 24/02/2008 à 14h28)

    Le don de Raoul Résumé


    Raoul, muni de ses connaissances sur la religion, ressentait l’impression de tourner en rond dans une cage mais il s’agissait, pour l’instant, de sa seule référence à ce monde invisible qu’il tentait de percevoir. Cette façon de concevoir Dieu ne cadrait pas avec son monde invisible à lui, ses sensations qui lui soulevaient le cœur de joie quand il s’évadait dans ses pensées, ses intuitions, ses impressions de présences autour de lui. D’autre part, il ne pouvait pas admettre que l’adoration de Dieu puisse passer par tant de contraintes et de sacrifices que Dieu puisse être cette puissance à qui tout devait obéir au risque d’être anéanti, que Dieu refusait tout ce qui n’était pas écrit dans les livres que les supporters de la religion avaient écrits, que ceux qui n’étaient pas catholiques étaient des athées et se trouvaient par ce simple fait exclus des bénédictions divines. Raoul se sentait piégé au milieu de tout ce charabia en latin, ces simagrées dont il ne percevait pas le sens. Il avait simplement compris que s’il n’adhérait pas sans restriction à tout cela la damnation éternelle l’attendait.

    Sa rencontre avec André et le début de ses investigations dans la bibliothèque du père de son ami lui apportèrent en partie l’éclairage qu’il attendait, et il avait conscience que cette opportunité lui arrivait au bon moment. Après qu’il eut assimilé la compréhension de son niveau, il pouvait désormais passer à l’échelon supérieur.

    Cela ne voulait pas dire qu’il comprenait vraiment tout ce qu’il lisait, cependant son intuition lui recommandait de se remplir la tête de toutes ces données pêle-mêle car elles lui seraient utiles un jour. Par exemple, le premier livre qu’André lui apporta, pris au hasard dans la bibliothèque parentale traitait de la Cabale, autant dire que Raoul n’en comprit pas la moitié du quart, les séphirots, kalmuth, l’arbre de vie, l’étoile de David, tout cela se mélangeait dans sa tête, mais le peu qu’il pouvait en retirer emplissait son âme de cette saveur de l’inconnu interdit et l’obligeait à réfléchir et s’interroger sur des notions dont il n’avait pas la moindre chance de saisir le sens.

    La mésaventure du séminariste inquisiteur n’empêcha nullement André et Raoul d’échanger à nouveau des livres, cependant ils le firent avec davantage de prudence et tout se déroula sans autres contrariétés. Les ouvrages qui arrivèrent entre les mains de Raoul lui permirent progressivement de comprendre la nature des phénomènes qui depuis son enfance le surprenaient un peu. Tout d’abord il lui fut nécessaire de comprendre et d’admettre la notion fondamentale d’énergie, que tout, absolument tout était énergie. Cette notion acquise, il y eut encore beaucoup d’autres concepts qui lui passèrent au-dessus de la tête mais néanmoins, au cours de ses rêves il lui arrivait de comprendre, dans le sens d’une intégration, des pans de connaissances jusque-là pour lui absolument hermétiques. Par exemple la phrase bien connue de Shakespeare « être ou ne pas être telle est la question » prit pour lui tout son sens en un seul instant. Un ensemble de mots et de phrases conceptuelles apparemment simples se révélèrent à lui dans leur sens le plus juste et éclairèrent progressivement sa compréhension afin de lui permettre d’avancer. Il prit conscience qu’il était dans une voie de connaissance qui l’emmenait vers des horizons inconnus et dont il ne pouvait pas encore estimer l’aboutissement. Raoul saisit que la notion d’énergie s’avérait fondamentale pour la compréhension, non seulement de son état de clairvoyant, mais était également valable pour la compréhension de toute la vie. Bien qu’il se sentit aidé dans son évolution, il s’aperçut que vouloir aller trop vite ne lui apportait pas les éclaircissements espérés. Bien sûr, la réponse à ses premiers questionnements se dessinait, mais il se rendait compte qu’il fallait maintenant expérimenter au travers de sa vie toutes les confrontations, situations évènements qui se présenteraient à lui pour lui permettre de progresser.

    Néanmoins un évènement singulier se produisit, au cours d’une de ses introspections qu’il appelait désormais méditation, exercice qui consistait tout simplement à se détacher du monde concret le plus possible, dans une position assise, dans le noir, accompagné de respirations profondes et maîtrisées. Il se produisit donc un jour un phénomène extraordinaire. Dans un éclair d’une durée pas plus longue qu’un flash il comprit, mais « comprit » n’est pas le mot juste, il intégra se rapproche davantage de la sensation qu’il perçut, cependant « intégra » n’est pas encore assez fort pour expliquer cette impression qui lui permit dans cet éclair de percevoir une information essentielle, avec la certitude que jamais plus il ne devrait s’interroger sur ce sujet. Il venait de savoir, avec une précision et une exactitude qui ne permettait aucun doute, pourquoi il était né dans cette famille, pourquoi ses parents s’étaient comportés ainsi, et quel rôle ils avaient joué dans la formation de sa personnalité et de son caractère. Il comprit que c’était lui qui avant de naître avait choisi ces parents-là, les personnes qui lui convenaient le mieux pour son évolution spirituelle.

     

     

    « Trou aux BichesLe don de Raoul - Un aspect du livre : les soins »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :